You are on page 1of 53

FINANCE

INTERNATIONALE
Catherine Kosma-Lacroze
SOMMAIRE
Le système financier international
Modes de financement des opérations
courantes
La gestion des risques
LE SYSTÈME FINANCIER
INTERNATIONAL
1. Structure de système financier internationa

Institutions Pratiques
Marchés
Internationale des pouvoirs
financiers
s publics, des
entreprises
et des
FMI particuliers
2. Le Fonds Monétaire International
Historique: issu des Accords de Bretton Woods
(22 juillet 1944). Contribution importante de John
Mayard Keynes. Date de création: 1945.

Harry Dexter White, économiste


au Département du Trésor
des États-Unis (à gauche),
et John Maynard Keynes,
économiste britannique
Nombre de pays membres: 185
Objectifs: promouvoir l’expansion
harmonieuse du commerce mondial et la
stabilité des changes, de décourager le
recours aux dépréciations concurrentielles
et de faciliter la résolution des problèmes
de balance des paiements.
DTS: (droit de tirage spécial) crée en
1969. Panier de monnaies de référence
(dollar, euro, livre sterling et yen).
Raisons conduisant à l’intervention du FMI:
 Les investisseurs peuvent se retirer soudainement et
massivement d'un pays s'ils estiment que sa politique
économique est inadaptée .
 Les crises qui éclatent dans un pays ou une région
peuvent se propager très vite à d'autres économies (ex.
crise financière asiatique de 1997-1998, crise des
subprimes).
 Les mauvaises pratiques sur les marchés financiers.
Coopération du FMI avec l’OMC:
 Mise en place du MIC (Mécanisme
d’intégration commerciale). Il est à la
disposition de tous les pays membres dont
la situation de la balance des paiements
provoque des conséquences sur la
libéralisation des échanges commerciaux
(risque de non-transfert; cessation des
paiements).
3. Les marchés financiers
Historique:
 Embryon des marchés financiers en Grèce de
l’antiquité (sur l’Agora où des marchands et
changeurs installaient leurs « trapeza » ) et à Rome
(« collegia mercatorum » où s’échangeaient les
effets de commerce et les devises)
 1630: apparition de la première bourse à Amsterdam
(les spéculateurs ne s’échangeaient pas des titres
mais des promesses de titres qu’ils s’engageaient à
livrer et à payer à un jour, une semaine ou un mois.)
Apparition des premières spéculations.
 Année 90: internationalisation des marchés
financiers.
Les risques:

La spéculation.
Illustration: le jeu de
l’enchère à un euro.

La contamination.
Exemple de la crise des
subprimes
Etude de cas: les conséquences de
la crise des subprimes
1-Rappel de la crise
« Subprimes » (crédits à haut risque):
crédits hypothécaires à taux variables
(crédits immobiliers) accordés à une
clientèle peu solvable
2- Conséquences sur les matières premières:
Perte de confiance de la part des investisseurs aux
banques et aux marchés financiers.
Ils retirent leurs investissements des places boursières et
les investissent sur les « valeurs sûres » (les matières
premières)
Conséquence: flambée des cours des matières
premières . Répercussion du prix des matières premières
sur le prix des produits manufacturés.
Tableau « retour sur terre après la
spéculation »
3- Conséquences sur les entreprises
Crédit crunch: diminution des crédits prodigués par les
établissements financiers, autant aux entreprises qu'aux
ménages. Les banques prêtent moins et l'économie se
retrouve en manque de liquidités.
Conséquence: les entreprises ne peuvent pas financer leurs
opérations courantes. Diminution des exportations. Risque
de faillite, licenciements économiques et chômage
technique.
Solution: intervention des banques centrales (baisse des
taux directeurs et financement des banques)
Allemagne

Source: XerfiPrevisis, sept.2009


Source: XerfiPrevisis, sept.2009
Aggravation de défaillances de paiement:
l’exemple des entreprises indiennes et chinoises:
 Rappel des délais standard de paiement: 60 jours en
Chine, 30 jours en Inde.
 Reprise économique dans les deux pays dès le premier
semestre 2009.
 Cependant, progression des retards de paiement. En
Chine, 65% des entreprises subissent en moyennent plus
de 30 jours de retard de paiement. En Inde, 90% des
entreprises subissent des retards de paiement
4- Conséquences sur les
comportements des consommateurs
Changement des habitudes de
consommation: recherche des « bonnes
affaires » dans les magasins, augmentation
des achats sur Internet, report de l’achat
des produits jugés « non indispensables »,
retour de l’épargne.
Cas des transports: habitude du
covoiturage.
Tableau « consommation 2009: la
France et l’Italie en état de survie »
Les Etats-Unis

Source: XerfiPrevisis, sept.2009


Tableau « les cours du brut se
détendent »
Source: XerfiPrevisis, sept.2009
4. Les opérateurs privés: les
entreprises
Les activités des entreprises ayant des
incidences sur le circuit financier:
 Les exportations-importations (incidences
sur la balance des paiements des Etats);
 Les IDE (investissements directs à
l’étranger)
 Le financement des opérations
commerciales. Risque de comportements
déviants (spéculation, investissements off-
shore dans objectif d’évasion fiscale).
ouce: www.abcbourse.com
Modes de financement des
opérations courantes

Les besoins de financement


Les créances clients
Les techniques de financement à court terme
Les techniques de financement à moyen terme
- le forfaiting
Etude de cas
financement
Stratégie d’ Type d’opération Besoins de
international envisagée financement
isation
Exportation Vente directe •Financement des créances clients
Vente en •Financement des stocks
coopération •Financement des travaux en cours
Vente par •Financement de l’acquisition des
intermédiaires biens
IDE Création de filiale •Financement de l’implantation
Prise de •Financement des stocks
participation •Financement du début d’exploitation
Joint-venture
Désengageme Licensing Pas de besoins particuliers de
nt d’activité Outsourcing financement
2. Les créances clients
2. 1. Exemple de vente en FOB Marseille

+3 jours +90 jours

Sortie Chargement à Paiement


d’usine bord du navire
à Marseille
Livraison Durée totale du crédit: 93 jour
2.2. Exemple de vente en DEQ Shangha

+4 semaines +90 jours

Sortie Arrivée du navire Paiement


d’usine au port de Shanghai
Livraison

Durée totale du crédit: 4 mois


3. Les techniques de
financement à court terme
L’escompte: il permet à l’entreprise d’obtenir
tout de suite la somme de la créance en
échange de l’effet de commerce qu’elle détient.
La mobilisation au titre de la loi Daily:
cession de plusieurs créances en même temps
sans besoin d’endosser chacune d’elles.
Crédit de préfinancement: crédit de
trésorerie mobilisable auprès de la Banque de
France. Entreprises bénéficiaires: celles qui
exportent directement leurs produits,
marchandises ou prestations.
Crédit de trésorerie spécialisé: assurance
prospection COFACE.
Exercice
Une entreprise a fait une demande à la COFACE pour une assurance
prospection, sur la base d’un budget prévisionnel de 90.000 euros
pour un exercice unique de garantie de 12 mois et suivi de 2
exercices de 12 mois chacun d’amortissement.
Elle souhaite bénéficier du système d’avance sur indemnité. La prime
est de 5% du budget, soit 4.500 euros. Le taux d’amortissement fixé
au contrat est de 7%. La quotité garantie est de 65%.
Lors de l’opération, les dépenses engagées par l’entreprise s’élèvent
à 67.000 euros
A la fin de l’opération, l’entreprise a réalisé 70.000 euros de C.A.
L’avance en devises:
 À l’importation:à partir de l’émission de la
facture, l’importateur obtient de sa banque
une avance du même montant que la
facture en devises (celles utilisées pour la
transaction). Cette somme est
immédiatement affectée au règlement de
la facture
 À l’exportation:voir schéma.
Vente des devises
en monnaie
nationale
Paiement de la
facture en devises
Exportateur Importateur

Prêt en
Rembourseme devises
nt
du prêt avec Banque de
les l’exportateur
devises de
•L’affacturage international

Livraison des marchandises


Exportateur Importateur
et facturation

Cession de la
créance
Versement Relance de
de la somme l’importateur Règlement de
la facture
Société
d’affacturage
Les techniques de financement
à moyen terme - Le forfaiting
Livraison des marchandises et
facturation
Exportateur Importateu
Envoi de la traite

Remise de la
Paiement
traite à
de la Paiement de
l’escompte
facture la traite

Demande d’aval
Société de Aval Banque de
forfaiting l’acheteur
Virement de la somme
Les techniques de financement à
moyen terme – Le crédit bail
international
Expédition de la machine

Exportateur Importateu

Ve
nte
de

redevances
Versement
la Contrat de
Demande ma crédit-bail
Pa ch
de crédit- iem ine
bail e nt

Société de Société de
crédit-bail Transmission de la demandecrédit-bail à
française l’étranger
4.Étude de cas
Les conditions de paiement d’une
exportation en Chine:
Délais de paiement habituellement utilisés:
90 jours (les importateurs chinois tentent
souvent d’obtenir 180 jours!).
Acomptes à la commande: le paiement en
avance est rare. On peut au mieux négocier
un acompte à la commande dont le montant
se situera entre 10 et 20% du prix FOB.
LA GESTION DES RISQUES
1. Risques encourus lors des opérations
d’exportation
2. Risques encourus lors des opérations d’IDE
3. La prévention du risque
L’exportateur peut prévenir par le moyen :
de l’information : auprès d’organismes spécialisés
(Coface, Ducroire, Missions économiques, etc). Ces
informations porteront sur le risque pays ainsi que sur
le risque commercial (c’est-à-dire des informations sur
le client ou prospect). Exemple: Antigua et Barbuda.
de la rédaction de l’offre et du contrat : il faut
prendre en compte les spécificités juridiques du
contrat de vente internationale.
Exemple de la clause de hardship ou economic
dislocation: « En cas d’événement majeur,
imprévisible par l’une des parties, le contrat sera
renégocier en vue de rééquilibrer les obligations
des parties. En cas d’impossibilité absolue, le
contrat sera résilié ».
Voir également clauses d’indexation
du suivi de l’exécution du contrat : il est impératif
d’avoir un fichier clients mis à jour régulièrement
afin de détecter le plus vite possible les
éventuelles défaillances.
4. La couverture du risque: l’assurance
crédit
5. Les incidences financières du retard
de paiement

(Montant moyen de l’encours client x taux


d’intérêt x dépassement en jours du crédit
client) / 360 jours
6. La couverture du risque de change

6.1. Les techniques internes de couverture


du risque de change
Le choix de la monnaie de facturation
 Le termaillage : cette technique consiste à
accélérer ou à retarder les encaissements ou les
décaissements des devises étrangères selon
l'évolution anticipée de ces devises.

Exportateur Importateur
Appréciation de laIl retarde le paiement Il accélère le paiement
devise
Dépréciation de laIl accélère le paiement Il retarde le paiement
devise
Les clauses d’indexation

Clause Elle présente un cours minimum et un cours


d’indexation maximum à l’intérieur desquels le cours de la
« tunnel » devise peut fluctuer sans incidence sur le
contrat.
Clause Les parties au contrat de vente internationale
d’indexation surchoisissent une tierce devise comme point de
une devise référence pour leurs propres devises. Cette
clause permet le partage du risque de change.
Clause d’optionElle permet à une des parties au contrat de
de devise vente internationale d’utiliser une autre devise
(déterminée dans la clause) dans l’hypothèse
où la devise choisie pour le paiement
dépasserait un certain cours.
La compensation (« netting ») : technique par laquelle une
entreprise limite son risque de change en compensant les
encaissements et les décaissements dans la même devise.
Cette technique est possible si l’entreprise possède
d’établissements dans le pays de la devise.
Les swaps : accord conclu entre deux parties qui
s'échangent un montant déterminé de devises étrangères
et s'engagent mutuellement à effectuer régulièrement des
paiements correspondant aux intérêts ainsi qu'à se rendre
le montant échangé à une échéance déterminée.
6.2. Les techniques externes de
couverture du risque de change
Les assurances change : pour opérations ponctuelles ou
régulières. Elles couvrent le risque de change pendant le
délai de paiement accordé par le contrat de vente
internationale à l’acheteur.
La couverture sur les marchés à terme : l'exportateur, pour
se couvrir contre le risque de change lié à la dépréciation
éventuelle d'une devise, vend à terme à sa banque le
montant de sa créance.
L'importateur, quant à lui, pour se couvrir contre le risque
de change lié à l'appréciation éventuelle d'une devise,
achète à terme les devises correspondant au montant de sa
dette. Il connaît ainsi avec précision le montant en monnaie
nationale qu'il devra payer.
Les prêts et emprunts en devises : Le prêt en
devises permet à l'importateur d'acheter des
devises au comptant et de les placer sur les
marchés jusqu'au jour de l'échéance de la
facture commerciale. A l’inverse, l’exportateur
emprunte auprès d’un organisme bancaire ou
financier les devises correspondant au montant
de la créance à recevoir et les vend aussitôt
pour obtenir de la monnaie nationale. Il
remboursera ensuite l'emprunt avec les
devises versées par son client, en règlement
de la facture. L'entreprise annule ainsi le
risque de change, et reconstitue sa trésorerie
en monnaie nationale.
L’option de devises : Contrat optionnel
qui permet d’acheter ou de vendre une
devise contre une autre à un taux de
change spécifié et à une période
déterminée.
Bibliographie
« Xerfi Previsis » n°138, 14 octobre 2008
« Xerfi Previsis », n°147, septembre 2009
INSEE
C.Kosma-Lacroze, « Opérations d’import-
export », Le génie des glaciers, août 2008
Le MOCI, n°1845, 25 juin-8 juillet 2009.