You are on page 1of 25

Université Abdelmalek Essaadi

Faculté des Sciences Juridiques


Economiques et Sociales

MASTER FINANCE AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTION

5ÉME PROMOTION

COMPTABILITE FINANCIERE

Les Effets de Commerce

Encadré par : Pr. TAQUI

Elaboré par :

SALEM ABDELKRIM YEKHLIF JIHAN SAAD BOUH BEYANE EL HAROUAL HAJAR

ANNEE UNIVERSITAIRE 2018 – 2019


Comptabilité financière

Plan :

Introduction générale

1) La lettre de change
2) Le billet à ordre
3) Les rôles des effets de commerce

1) Le principe
2) Traitement comptable
3) Application

1) Circulation (par endossement) des effets


2) Remise à l’escompte
3) Application

1) Principe
2) Application

1) La prorogation d’échéance
2) Avance de fonds
3) Les effets impayés

1
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Introduction générale
Généralement, certains règlements entre les entreprises s’effectuent au
comptant c’est-à-dire par espèces, par chèque, par virement bancaire ou postal,
alors que d’autres sont effectuées à terme (paiement après une certaine période).
Dans ce cas-là, pour faciliter les règlements et le crédit, principalement entre
les « commerçants », des documents juridiques particuliers ont été créés qui
« mobilisent » les créances et leur permettent de circuler facilement d’un
créancier à un autre, ou d’un créancier à une banque.

Lorsqu’un fournisseur « fait le crédit » à un client ,la créance qu’il a sur ce client
est simplement inscrite en « comptes » (chez lui au débite du compte client ; chez
le client , au crédit du compte fournisseur ) .

Or si cette créance était inscrite sur un document incontestable , portant la


signature du débiteur , et admis en justice , cela permettrait au créanciers de
céder aisément sa créances en « vendant » le document à une autre personne ,
celle-ci pouvant elle-même le céder ensuite à une autre , etc. .

Ainsi le débiteur paierait non au créanciers initial ( son fournisseur ) mais au


dernier propriétaire du document .

Tel est le rôle des deux sortes d’effets de commerce ,qui sont :

-la lettre de change

-le billet à ordre

2
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

L’expression « effets de commerce » est la plus couramment pour désigner les


divers instruments de paiement d’une somme d’argent. Les effets de commerce
se présentent sous des formes différentes. On distingue deux catégories des
effets de commerces :

➢ La lettre de change
➢ Le billet à ordre

1. La lettre de change :
La lettre de change peut être définie comme un écrit par lequel un créancier,
appelé « tireur », donne l’ordre à son débiteur , appelé «tiré», de payer une
certaine somme, appelée «Valeur nominale » à lui-même ou bien à un tiers ,
appelé « Bénéficiaire », à une date déterminée d’avance, appelée « Echéance ».

La lettre de change est l’effet de commerce le plus utilisé dans les transactions
commerciales.

➢ SCHÉMA DE FONCTIONNEMENT DE LA LETTRE DE CHANGE :

Le tireur donne l’ordre au tiré


refus :le tiré est
libéré

de payer présentation
une somme pour
d’argent l’acceptation

acceptation :le tiré


est obligé de payer

au bénéficiaire

*La présentation à l’acceptation n’est pas nécessaire dans tous les cas, mais elle
permet au détenteur ou au bénéficiaire de savoir si le tiré accepte de payer la
lettre de change au nom du tireur

3
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

➢ Exemple sur la lettre de change

1- Nom et adresse du fournisseur (tireur)


2- Nom du bénéficiaire.
3- Montant à régler à l’échéance.
4- Date de règlement : si l’échéance est à vue, l’effet est payable dès sa remise à
l’encaissement ; la codification est alors 00/00/00
5- Référence utile au tiré : n° de facture, n° de commande ou code fournisseur.
6- Code 1 si la lettre de change est acceptée.
7- Références bancaires du tiré.
8- Banque du tiré (nom et adresse).
9- Nom et adresse du client (tiré).
10- N° SIREN du tiré (facultatif).
11- Signature du fournisseur (tireur).
12- Acceptation du tiré : elle peut être recueillie par le fournisseur ou sa banque ;
elle est facultative. L’aval est l’engagement donné par un tiers de payer l’effet à
l’échéance si le tiré ne peut le faire.
13- Emplacement de la ligne de marquage magnétique.

4
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

2. Le billet à ordre :
Le billet à ordre est un écrit, par lequel une personne appelée souscripteur
s’engage à payer à une certaine échéance une somme déterminée, à une autre
personne appelé bénéficiaire.
➢ SCHÉMA DE FONCTIONNEMENT DU BILLET :

Le promet de payer
au bénéficiaire
souscripteur une somme
d’argent

➢ Exemple de billet à ordre :

1- Nom et adresse du fournisseur (bénéficiaire).


2- Montant à régler à l’échéance.
3- Date de règlement.
4- Référence utile au souscripteur : n° de facture, n° de commande ou code
fournisseur.
5- Code 2, inscrit sur tout billet à ordre.
6- Références bancaires du client (souscripteur).
7- Banque du souscripteur (nom et adresse).
8- Nom et adresse du client (souscripteur).
9- N° SIREN du souscripteur (facultatif).
10- Signature du client (souscripteur).
11- Emplacement de la ligne de marquage magnétique.

5
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Les rôles des effets de commerce

Le billet à ordre et la lettre de change sont-ils à la fois :

• Moyen de paiement : le paiement à l’échéance est sérieusement


garanti par la signature du débiteur (mieux que si la créance était restée
« en compte » ) et d’autre part, l’effet peut circuler d’une personne à une
autre à titre de paiement.

• Moyen de financement : le propriétaire de l’appel au lieu d’attendre


l’échéance, peut céder l’effet à une banque qui lui versera immédiatement
non pas la totalité de la somme portée sur l’effet (appelée « nominal ») mais
le nominal diminué d’un escompte correspondant aux intérêts.

• Moyen de garantie de la créance à l’échéance : les effets de


commerce sont soumis à des règles juridiques très strictes.

La création d’un effet de commerce (l’acceptation d’une traite ou la souscripteur


d’un billet à ordre ) donne lieu aux écritures suivantes :

❖ Chez le client : On crédite le compte « 4415 Fournisseur effet à


payer »

par le débit du compte « 4411 Fournisseur »

❖ chez le Fournisseur :On débite le compte « 3425 Client Effet à


recevoir » par le crédit du compte « 3421 Client » .

application :
Le 5/04 l’entreprise CHORFI envoi la LC n°10 à son client SAMIR d’un montant
de 15000Dh échéance 01 juin pour acceptation.

Le 07/04 le client SAMIR envoie en règlement de sa facture d’un montant de


13500Dh le billet à ordre n°55

Le 10/04 , l’entreprise CHORFI reçoit la LC n°10 accepté

Travail à faire :
1/passer les écritures nécessaire chez le fournisseur CHORFI et le client SAMIR.

6
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Solution :

❖ Comptabilisation chez CHORFI (fournisseur)

07/04
3425 Client effet à recevoir 13500

Clients 13500
SAMIR B.O n°55
10/04
3425 Client effet à recevoir 15000

Clients 15000
SAMIR L.C n°10acceptée

❖ Comptabilisation chez SAMIR (Client)

07/0
4411 Fournisseur 13500

4415 Fournisseur effet Payer 13500


CHORFI B.O n°55
10/04
3425 Fournisseur 15000

Fournisseur effet Payer 15000


CHORFI LC n°10 acceptée

N.B :pour l’opérations du 5 avril la comptabilisation d’un effet de commerce


n’est autorisée qu’après acceptation

7
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Après la création de l’effet de commerce, il peut être :

➢ Endossé auprès d’une tierce personne ;


➢ Escompté auprès d’une banque ;
➢ Conservé jusqu’à son échéance pour l’encaisser.
Schéma explicatif

1- Endossement au profit d’un tiers :

 Principe :

Le porteur (tireur = fournisseur = bénéficiaire) d’un effet de commerce peut le


remettre à l’un de ses créanciers avant la date d’échéance pour régler une dette,
il remet l’effet après l’avoir endossé en écrivant à l’endos la formule suivante :

« Veuillez payer à l’ordre de …


Date et signature »

8
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Il s’agit dans notre cas de l’endossement translatif, qui consiste à transférer


la propriété du titre et le bénéfice des droits qu’il constate.

Nous distinguons :
- L’endosseur : C'est-à-dire la personne qui a transféré la propriété de l’effet.
- L’endossataire : C'est-à-dire le bénéficiaire de l’endossement.
- Le signataire : C'est-à-dire le client qui à signé (accepté ou souscrit) l’effet
au départ.

 Traitement comptable :

 Chez l’endosseur : On débite « 4422 Fournisseur » par le crédit de


« 3425 Client effet à recevoir ».
 Chez l’endossataire : on débite « 3425 Client effets à recevoir » par le
crédit du compte « 3421 Client ».
 Chez le signataire : aucune écriture.

 Application :

• Le 10/10 l’entreprise « JAMI BUR » adresse à sa client « NABILA


LINE » la facture suivante :

• Le 15/10/ « NABILA » souscrit le billet à ordre n° 35 au 20


décembre.
• Le 20/10 : « JAMI » endosse le billet à ordre n° 35 à son
fournisseur « TALBI ».

9
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Travail à faire :

a. Passer les écritures nécessaires au journal de « JAMI BUR »(Entreprise


industrielle).
b. Passer les écritures nécessaires au journal de « NABILA LINE » (Entreprise
commerciale).
c. Passer les écritures nécessaires au journal de « TALBI ».

Solution « Application » :

a. Comptabilité de « JAMI TEC » :

10
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

a. Comptabilité de TALBI :

2. Escompte des effets de commerce :

 Principe :
La remise à l’escompte, ou la négociation de l’effet de commerce, est une
opération qui consiste à céder un effet à une banque avant l’échéance,
moyennant un agio.

Le bénéficiaire recevra la valeur nominale de l’effet diminué du montant de


l’agio qui comprend :
➢ L’escompte : (C'est-à-dire l’intérêt de l’argent avancé)
Calculé selon la formule suivante :

E= VN × T × N/360

▪ E : le montant de l’escompte.
▪ VN : valeur nominale de l’effet.
▪ T : taux de l’escompte (taux d’intérêt bancaire).
▪ N : durée exprimée en jours (séparant la date de la remise à
l’escompte et la date d’échéance de l’effet).

➢ Les différentes commissions prélevées par la banque (C'est-à-dire


commission bancaire qui correspond à la rémunération des services
rendus).

➢ La TVA : calculée au taux de 10% sur l’agio HT (escompte et


commissions).

11
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

 Traitement comptable :
Nous distinguons les trois étapes suivantes :

❖ 1ère étape : La remise à l’escompte :


Selon le plan comptable marocain : Aucune écriture.

Remarque importante :

❖ 2ème étape : Réception des bordereaux d’escompte (après calcul


préalable)
On débite les comptes « 5141 banques », « 63115 intérêts bancaires et sur
opération de financement », « 6147 services bancaires » et « 34552 état TVA
récupérable sur charges » par le crédit du « 5520 crédits d’escompte ».

VN : Valeur nominale

❖ 3ème étape : L’échéance de l’effet :


On débite « 5520 crédit d’escompte » par le crédit du compte « 3425 Client effet
à recevoir ».

12
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

 Précisions :
- Les intérêts sont calculés sur la base du nombre de jours qui séparent la
date de remise à l’escompte et l’échéance de l’effet.
- Dans la pratique on ajoute un jour de banque.

 Application :
• Le 20 janvier l’entreprise « SYSTEME » a négocier la lettre de change n°
14 de nominal 14 000 tirée sur « HAYAT » au 20/03.
• Le 22/01 L’entreprise « SYSTEME » reçoit le bordereau d’escompte : taux
d’intérêt 8% commission 45 (HT), TVA 10%.
Travail à faire :

a. Passer les écritures nécessaires au journal de l’entreprise « SYSTEME ».


b. Passer les écritures nécessaires au journal de « HAYAT » sachant que la
banque a prélevé 30 (HT) de commission de domiciliation, TVA : 10%.
Solution « Application » :

a. Comptabilité de l’entreprise « SYSTEME » :

- Si on prend un jour de banque on aura 60 jours


- Année commerciale 360 jours.

13
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

 NB : On considère que la banque n’a pas acheté l’effet mais seulement


accordé un crédit à l’entreprise. C’est pourquoi, au lieu de créditer le
compte « 3425 », on crédite un compte de trésorerie-passif (de dettes)
« 5520 ».
 Après le paiement final de l’effet (par Haddad), le compte « 5520 » sera
débité par le crédit du compte « 3425 » pour constater la sortie définitive
de l’effet.

Comptabilité « HAYAT » : date d’échéance seulement. (Avis de domiciliation)

Avis de débit LC n° 14

14
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Le bénéficiaire de l’effet de commerce peut le garder dans son portefeuille


jusqu’à l’échéance et le présenter à l’encaissement soit au tiré (souscripteur =
débiteur = client) si l’effet n’est pas domicilié (LCN).

➔ L’encaissement direct de l’effet de commerce : (cas d’effet non


domicilié)
Le client règle à son fournisseur (ou bénéficiaire) l’effet de commerce échu en
espèces.

➔ L’encaissement de l’effet de commerce domicilié :


Le bénéficiaire (fournisseur) remet l’effet domicilié échu à sa banque pour
l’encaisser auprès de la banque du tiré (client = débiteur = souscripteur).

Comptablement, nous distinguons deux étapes :

▪ 1ère étape : La remise à l’encaissement


On débite « 5113 effets à encaisser ou à l’encaissement » par le crédit du
compte « 3425 client effets à recevoir ».

▪ 2ème étape : Réception de l’avis de crédit.


On débite les comptes « 5141 banque », « 6147 services bancaires », « 34552
Etat TVA récupérable sur charges » par le crédit du compte « 5113 effets à
encaisser ou à l’encaissement ».

15
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Un certain nombre d’incidents peut survenir dans le règlement des effets de


commerce, ils sont liés à des difficultés de trésorerie du tiré (dans le cas de lettre
de change) ou du souscripteur (dans le cas du billet à ordre).

Dans ce cas plusieurs solution sont possibles :

➢ La prorogation d’échéance.
➢ L’avance de fonds.
1. La prorogation d’échéance :
Deux solution en fonction des circonstances sont possibles :
• Soit l’annulation de l’effet déjà crée et son remplacement par un
autre qui leur échéance est plus lointaine .
• Soit la prorogation d’échéance de l’effet existant.
La prorogation donne lieu aux écritures suivantes :

❖ Chez le fournisseur (tireur) :

Première étape : l’annulation de l’ancien effet


on débite le compte « 3421 Client » par le crédit du compte
« 3425 Client effet à recevoir ».

16
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Deuxième étape : création du nouvel effet, tenant compte des intérêt de


retard, des frais imputés et de TVA.
On débite « 3425 client effet à recevoir » par le crédit des comptes « 3421
client », « 7381 intérêt et produit assimiles » ; « 61671 droits
d’enregistrement et de timbre », « 61451 frais postaux » et « 4455 état TVA
facturée ».

Précision : les intérêt sont calculés sur le nombre de jours qui séparent
l’ancienne échéance et la nouvelle échéance.

❖ Chez le tiré ou souscripteur (client) :


Première étape : annulation de l’ancien effet

On débite « 4455 fournisseur effet à payer » par le crédit du compte


« 4411 fournisseurs »

17
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Deuxième étape :création du nouvel effet

On débite les comptes « 4411 fournisseur », « 63115 intérêts bancaire et sur


opération de financement » , « 61671 droits d’enregistrement et de
timbre », « 61451 frais postaux » , « 34552 Etat TVA récupérable sur les
charges » par le crédit du compte « 4455 fourbisseurs effet à payer »

N.B

N.B :Pour la TVA /intérêts de retard on applique, généralement, un taux de


20%.

Application :
Le 18 /10 : « l’entreprise Salim » a souscrit à l’ordre de son fournisseur
« KAMAL » un billet à l’ordre n° 35 de 15000 Dh au 15/11.

Le 15/11 : « l’entreprise Salim » sollicite un report d’échéance du billet à ordre


n°35

« KAMAL » accepte , annule l’effet et le remplace par un nouvel effet n°70


payable au 18/12 en tenant compte des intérêt de prorogation au taux de 10%
de la récupération du prix du timbre fiscal de 30,00 Dh et de TVA à 20%. La
lettre de change est acceptée le jour même.

Travail à faire :
1/ Passer les écritures nécessaires au journal de « KAMAL ».

2/Passer les écritures nécessaires au journal de « l’entreprise Salim ».


SOLUTION P269

18
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

2. Avance de fonds
L’annulation d’un effet n’est pas toujours possible, surtout lorsqu’il est
escompté ou endossé à une tierce personne. Dans ce cas le fournisseur peut
avancer les fonds nécessaires à son client (souscripteur ou tiré), il crée
ensuite un nouvel effet, dont le nominal est augmenté des frais des intérêts de
retard.

L’avance de fonds donne lieu aux écritures suivantes :

❖ Chez le bénéficiaire de l’effet (fournisseur-tireur) :


Première étape : avance de fonds
On débite le compte « 3421 Client » par le crédit d’un compte de
Trésorerie .

Deuxième étape :Création du nouvel effet

On débite « 3425Cleint effet à recevoir » par le crédit des comptes


« 3421 Client », « 7381 intérêts et produit assimilés » ; « 61671 droit
d’enregistrement et de timbre » ; « 61451 frais postaux » et « 4455 Etat
TVA facturée ».

19
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Troisième étape : si l’effet a été escompté, on doit passer l’écriture


suivante à la date d’échéance de l’ancien effet .

❖ Chez le tiré ou souscripteur (client) :


Première étape : Avance de fonds
On débite les comptes : « 4411 fournisseur », « 63115 intérêts
bancaire et sur opération de financement » , « 61671 droit
d’enregistrement et de timbre », « 61451 frais postaux » , « 34552
Etat TVA récupérable /charges » par le crédit du compte « 4415
fournisseur effets à payer ».

Précision :Dans la pratique on ne crédit pas les comptes de charges


mais on crédit les comptes de transferts de charges
(7197 ,7397,7597)

20
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

Application :
Le 05/05 : « l’entreprise Salim » tire sur « Karim » la lettre de change n° 65 de
11000 Dh payable au 25/06 acceptée le jour même .

Le 12/05 : « E /ses Salim » endosse la lettre n°65 à son fournisseur « NABIL »

Le 18/06 : « Karim » sollicite un report d’échéance de la lettre de change n° 65


comme cet effet a été déjà endossée , « E/ses Salim » lui avance par virement
bancaire le montant de l’effet et tire sur lui une nouvelle lettre de change n°72
payable au 28/07 en tenant compte des intérêts au taux de 12% ,de la
récupération du timbre fiscal de 30 Dh et de la TVA au taux de 20%.

Le 19/06 : « Karim » accepte la lettre de change n° 72.

Travail à faire :
1/ Passe les écritures nécessaires au journal de « E /ses Salim ».

2/ Passer les écritures nécessaires au journal de « KARIM »

Sotution p274

21
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

3) Les effets impayés

C’est le cas où l’effet n’est pas payé au moment de sa présentation à


l’encaissement.

Nous distinguons deux cas :

➢ L’effet est présente par le tireur (pour la lettre de change)


Ou le bénéfice (pour la bielle à ordre).
➢ L’effet est présente à l’encaissement par une tiers en
dossataire .
3.1-L’effet est présente à l’encaissement par le tireur

Exemple :
L’entreprise « ABC » présente le 15/10/N au souscripteur « ALPHA » un
billet à ordre n° 5 échu de 600 UM.

« ALPHA » refuse de payer.

Le 18/10/N « ABC » fait dresser un protêt faute de paiement dont le coût


de 450 UM.

Travaille à faire :

1/passer les écritures au journal de ALPHA

2/ passer les écritures au journal de ABC

SOLUTION :

1/-Chez le souscripteur « ALPHA »

Aucune écriture, la datte continue à figurer au crédit du compte « 4415


fournisseurs effet à payer » en attendant le dénouement, amiable ou
judicaire du litige.

22
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

2/-Chez le bénéficiaire « ABC »

On constate la créance augmente des frais du protêt.

3.2-L’effet est présente à l’encaissement par un tiers endossataire.

Exemple : Le 17/02/N « ABC » tire sur « ALPHA » une lettre de change n°7 de
17000 UM, au 30 mars.

La lettre de change n°7 est acceptée le jour même.

Le 20/02/N : la mettre de change n°7 est endossée à « SND ».

Le 30/03/N : « ALPHA » se refuse de payer « SND ».

Le 02/04/N : « SND » se retourne contre « ABC » et lui réclame le nominale


augmente de 300 UM des frais de protêt.

Travaille à faire :

1/ passe les écritures nécessaire au journal « ABC ».

2/ passe les écritures nécessaire au journal « SND ».

3/ passe les écritures nécessaire au journal « ALPHA ».

Solution :

1/ Journal de « ABC »

23
règlement par les effets de commerce
Comptabilité financière

24
règlement par les effets de commerce